Un cirque à Pyongyang, sur iPad!

Un cirque à Pyongyang

Un cirque à Pyongyang

C’est fait! Mon livre Un cirque à Pyongyang – Carnets de voyage de Corée du Nord est maintenant en librairie pour iPad sur le iBookstore au prix de 6.99$.

Petit rappel: en 2006, Lanctôt Éditeur publie mon livre alors intitulé Voyage au bout du monde. J’ai depuis repris les droits sur mon texte et j’ai décidé de rééditer le tout pour iPad.

La version renouvelée contient plus de photographies et comme la Corée du Nord avance et change à pas de tortue, peu de choses ont changé depuis. Si vous avez un iPad et avez envie de découvrir la Corée du Nord, je vous invite à aller trouver mon livre sur la librairie d’iTunes via le lien suivant: http://bit.ly/WuuJ9R

For your eyes only! Voici le texte de la préface du livre:

Avril 1998, la Corée du Nord se relève péniblement d’une série de catastrophes naturelles et d’une famine, faisant plus d’un million de morts selon les estimés les plus conservateurs. Les nord-coréens terminent le deuil national de leur Président Kim Il-Sung, décédé en 1994. L’économie est à plat. La pauvreté frappe partout; Pyongyang est éteinte sous le smog. Lorsque le soleil se couche, la capitale disparaît. Aucun éclairage sur la ville. La ville respire dans la noirceur totale, un soir après l’autre.

Dictature 101. En Corée du Nord, il y a le régime d’un côté, le peuple de l’autre. Ce régime maintient son emprise sur la population par l’ignorance; l’ignorance de tout. Par la peur; le Nord-Coréen a peur de nous, de l’autre, craint son proche et son voisin. Par la présence militaire; omniprésente puisque tous et toutes doivent en faire partie. Chacun se surveille, tout le monde devient un citoyen-soldat.

J’accompagne des amis dans un système de propagande perpétuel où l’on nous craint et nous respecte, nous encadre et nous renferme. Marionnettes que nous sommes pour eux. Nous avons reçu une invitation pour participer au Festival des Arts & de l’Amitié. Hors de ce festival, moins de 1000 touristes ont annuellement droit d’entrée dans le pays. Je ne suis pas encore photographe, mais mon petit Nikon FE suscite l’appréhension; prendre une photographie relève du défi. Nous sommes sur écoute à l’hôtel, au cirque et partout où les oreilles s’allongent. La peur est en eux et nous sommes les étrangers, étranges qui allons vivre une aventure unique que je veux partager avec vous.

J’ai voyagé dans le «passé», j’ai été frustré et choqué, impuissant et triste, mais j’ai aussi été transformé à jamais. Car s’il y a la Corée du Nord et son régime… il ne faut pas oublier qu’il y a d’abord les Nord-Coréens.

0 Comments
Be the first to leave a reply!

Leave a Comment

* required