Nouveau eBook à paraître: Un cirque à Pyongyang!

Un cirque à Pyongyang

(English version in second part of text)

Connaissez-vous beaucoup de gens qui sont allés en Corée du Nord? Ehh bien, si vous me connaissez, vous en connaissez une!

En 2006, j’ai publié chez Lanctôt Éditeur un récit de voyage intitulé “Voyage au bout du monde”. Je travaille depuis plusieurs mois à la réédition de ce livre en format électronique pour iPad et au cours des prochains jours, cette réédition ayant pour titre “Un cirque à Pyongyang” sera disponible sur l’iBookStore! Cette version améliorée contiendra plus de photographies que l’édition originale tout en présentant un texte toujours actuel. Je vous tiendrai au courant du lancement!

En attendant, je vous invite à lire le texte de préface qui suit:

Avril 1998, la Corée du Nord se relève péniblement d’une série de catastrophes naturelles et d’une famine, faisant plus d’un million de morts selon les estimés les plus conservateurs. Les nord-coréens terminent le deuil national de leur Président Kim Il-Sung, décédé en 1994. L’économie est à plat. La pauvreté frappe partout; Pyongyang est éteinte sous le smog. Lorsque le soleil se couche, la capitale disparaît. Aucun éclairage sur la ville. La ville respire dans la noirceur totale, un soir après l’autre.

Dictature 101. En Corée du Nord, il y a le régime d’un côté, le peuple de l’autre. Ce régime maintient son emprise sur la population par l’ignorance; l’ignorance de tout. Par la peur; le Nord-Coréen a peur de nous, de l’autre, craint son proche et son voisin. Par la présence militaire; omniprésente puisque tous et toutes doivent en faire partie. Chacun se surveille, tout le monde devient un citoyen-soldat.

J’accompagne des amis dans un système de propagande perpétuel où l’on nous craint et nous respecte, nous encadre et nous renferme. Marionnettes que nous sommes pour eux. Nous avons reçu une invitation pour participer au Festival des Arts & de l’Amitié. Hors de ce festival, moins de 1000 touristes ont annuellement droit d’entrée dans le pays. Je ne suis pas encore photographe, mais mon petit Nikon FE suscite l’appréhension; prendre une photographie relève du défi. Nous sommes sur écoute à l’hôtel, au cirque et partout où les oreilles s’allongent. La peur est en eux et nous sommes les étrangers, étranges qui allons vivre une aventure unique que je veux partager avec vous.

J’ai voyagé dans le «passé», j’ai été frustré et choqué, impuissant et triste, mais j’ai aussi été transformé à jamais. Car s’il y a la Corée du Nord et son régime… il ne faut pas oublier qu’il y a d’abord les Nord-Coréens.

__________________________________________

Do you know many people who have been to North Korea? Well, if you know me, you know at least one person!

In 2006, I published a book in french titled “Travel to the end of the world” with Lanctôt Éditor. In the last few months, I have been working on the republishing of this book in eBook version for iPad and it will soon be available under the title “Un cirque à Pyongyang”, in French. This new edition will contain more photographies and the text remains always current! I will inform you of the official date of publication in the next days!

In the meantime, I invite you to read the preface of the eBook that follows:

April 1998, North Korea barely wakes up from a series of natural disasters and famine, with the result that more than one million North Koreans died, according to the most conservative estimates. The North Koreans are ending their mourning of Kim Il-Sung, who died in 1994. Their economy is flat and poverty hits everywhere. Pyongyang is turned off and under the constant smog, literally! When the sun goes down, the capital disappears. City lights are out, Pyongyang is in the dark. People of the city live in the dark, every night.

Dictatorship 101. In North Korea, there is the regime on one side and the people on the other side. This regime maintains its complete control on population thru their ignorance, ignorance of everything. With fear; North Koreans are afraid of everything and everyone, of us, of their next of kin. With the omnipresence of the military force; simply because everyone is a military at one point or another. Everyone is a citizen-soldier.

As for me, I am accompanying three friends for the Festival of Arts and Friendship, to North Korea, in a perpetual system of propaganda where everybody fears and respects us at the same time. We are boxed, supervised and contained. We are puppets. Outside of this festival, less than 1000 people have the permission to enter the country, every year.

I am not yet a photographer, but my small Nikon FE is enough to create suspicions. Taking a picture is a challenge. We are wiretapped, phone-tapped and wall-tapped everywhere we go, circus, hotel, bus, etc.. The rest of the time, ears are long and concentrated on us. We are strangers, strange, and we will live a unique adventure that I wanted to share with you!

I’ve travelled in the past, sort of speak. I’ve been frustrated and shocked, helpless and sad, but I have also been transformed for ever by this journey. We should always remember that if there is a North Korea and its regime, most importantly there are millions of North Koreans.

0 Comments
Be the first to leave a reply!

Leave a Comment

* required